• L'histoire d'une orpheline qui meurt heureuse

    O ui, tout le monde vit une vie sans embrouilles. Tout le monde, mais personne se préocuppe des personnes ''sans'' coeur. Des personnes qui ont perdus leurs parents, leur joie de vivre, sans faire exprès. Je fait partie de ces personnes. Ça à l'air tellement facile d'oublier quel que chose mais non, je suis capable de me souvenir de tout, de A à Z de comment mes parents sont morts. Personne n'est allés les chercher, ni même moi. J'avais trop peur, bien sûr, ce n'est qu'un excuse. Je m'en veux, tellement que si on me demandais de me sacrifier pour faire en sorte que parents reviennent àla vie, je le ferais sans exitation. Même si je sais que c'est impossible. On me dit ''Tout est possible lorsqu'on y croit'' mais...j'y crois, mais ça n'arrivera jamais.

    Aujourd'hui, je suis devenue une voleuse.

    J'habite une petite grotte dans le fond de la forêt, loin de ces monstres, même si j'en suis un, montre. Dans mon petit sac que ma mère m'a laissé avant de partir, j'y avais une petite réserve. Je prit cette chose que je connais pas et y croqua dedant. Je me souviens des moments douloureux que j'ai passé. J'ai aujourd'hui 9 ans, oui c'était mon anniversaire, je ne suis pas comme les autres petites filles qui ont la chance d'avoir un gâteaux devant elles le jour de leurs anniversaire. Mais je ne suis pas entièrement seule, il y a ce garçon, orphelin, un voleur qui m'aide à survivre devant ces ténèbres. Je connais pas son nom, il connait le mien. Je ne peux savoir son nom, car il l'a oublié. Ce garçon de 11 ans n'est pas avec moi, il est allé en ville pour voler des choses. Je sais très bien que c'est pas bien, m'a mère me l'a apris par contre, c'est la seule façon pour moi ce garçon de vivre. De mes yeux verts émeraudes je regarde la forêt si vaste seul moi, un monstre y est, enfin je croyait. Car tout à coup, une fille, plus jeune que moi ce retrouva devant moi en train de pleurer.

    <<Qu'es que tu me veux?>> Lui demandais-je

    <<R-Rien, je cherche ma maman, aide-moi>>Renifla la petite fille

    Sa voix si douce, ses yeux bleus azur et ses cheveux blond tel le blée, elle ressemblait à une poupée en porcelaine.

    <<Non, fiche moi la paix maintenant>>Lui répondais-je

    <<S'il te plait...mon nom est Wendy..>>Me suplia encore la fille

    <<Non, je n'y gagnerai rien>> Lui dis-je

    <<Oui, si ma maman te voit en train de m'aider, elle t'aidera en échange>>Me dit la fille d'une voix sur

    <<Elle me m'offrera que des coups de fouet ta mère>>Lui crchais-je

    <<Ma maman est douce...elle me fouet personne elle n'a pas de fouet elle aide les gens pauvres comme toi>>Me dit Wendy doucement

    <<Je ne suis pas pauvre! Ce sont ces monstres comme toi qui ont tué ma raison de vivre!>>Lui criait-je énervée

    <<Quel était ta raison de vivre?>>Me demanda-t-elle les yeux pleines de larmes

    <<Mes parents...ceux qui ont donné mon nom, qui m'ont élevé qui m'ont conduis vers le droit chemin et qui sont morts d'une falaise voulant me sauver ma vie. Ce sont des gens comme toi qui m'ont poussé si violemment dans cette montagne maudite et que mes parents se sont sacrifier rien que pour me sauver la vie>>Lui répondais-je en versant des larmes

    Je mis ma main sur ma bouche...j'ai raconté ma vie à une inconnue...

    Soudain, le garçon que je croyais attrapé par des gendarmes en volant quel que chose, se mit devant la fille face à moi.

    <<Lucie! Cette riche ne t'a rien fait?>>Me demanda t-il inquiet

    <<Une riche? Dans la forêt..>>Pensait-je

    <<Lucie!! Regarde moi quand je te parle et répond-moi!>>M'ordonna le garçon

    <<Elle ne m'a..rien fait...>>Répondis-je

    <<Mais tu pleures!Imbécile! Je t'ai dit que tu n'avais pas le droit de mentir!>>Me cria le garçon

    Wendy se mit derrière moi 

    <<T-Tenez...j-j'ai d-des g-galettes...s'il te plait ne fait rien à Lucie, c'est mon amie...>> Dit Wendy en s'adressant au garçon et en lui tendant un petit sac

    Tout d'abord..je fut choqué, je ne suis pas amie avec elle mais ces paroles m'ont rendue heureuse pourtant ce n'est que quel que mots.

    Je m'enfuis de la grotte en pleurant de joie, c'était la première fois qu'on me dit quel que chose d'aussi beau. Mes cheveux noirs comme l'obscurité volent au vent. Je suis si heureuse...

    Je trébucha sur une racine d'arbre dépassant le sol et tomba dans une rivière, ont me m'a jamais apris à nager...

    Vous devinez certainement comme j'ai rejoins mes parents...


     


  • Commentaires

    1
    Mardi 20 Mai 2014 à 18:17

    C'est triste...

    2
    Jeudi 22 Mai 2014 à 01:17

    Je trouve aussi ^^

    3
    Lundi 21 Juillet 2014 à 05:25

    C'est triste....très triste...

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :